fbpx

La recette du dahl de lentilles corail en vidéo… et une question !

« Comment s’y prend-on lorsqu’on est un être humain normal et pas une calculatrice qui mange ? ».

La question est posée par l’écrivain américain Jonathan Safran Foer, auteur de Faut-il manger les animaux ? Un livre de référence contre l’élevage industriel. 

Safran Foer est actuellement en pleine tournée promo, occupé à défendre son dernier ouvrage, un manifeste pour une réduction de la consommation de viande intitulé « L’avenir de la planète commence dans notre assiette » (éd. de l’Olivier) qui est sorti cette semaine.

J’aime bien Jonathan Safran Foer parce que son discours est pragmatique, pas dogmatique. Passionné mais raisonné. Vibrant mais pas excluant. 

Safran Foer admet ses failles et ses questionnements : il doute ouvertement qu’une alimentation sans produits d’origine animale provoque un jour une adhésion massive dans le monde.

Mais il propose des choses. La principale proposition de son livre, qu’il détaille dans cette interview accordée à Slate que je vous conseille   est, dans un premier temps, de se passer de produits d’origine animale (lait et œufs compris) au moins lors de deux de nos trois repas journaliers .

Soit. Pourquoi pas pour commencer ? 

Je réfléchis justement en ce moment aux meilleurs moyens pour concevoir une méthode, un accompagnement pour faciliter cette transition végétale devenue si importante. 

Un accompagnement progressif, simple, pratique. 

Je suis en train de rencontrer des docteurs, des nutritionnistes, des chefs cuisiniers… J’espère pouvoir vous en dire plus dans quelques semaines !

Cuisinez vegan à petit prix !

Mais avant tout cela, voici une recette pas compliquée du tout à faire : un dahl de lentilles corail, les lentilles étant les championnes des légumineuses.

Nutritionnellement parlant, on n’est pas loin de la perfection ! 

Combinées avec des légumes, les légumineuses apportent en effet une quantité impressionnante de nutriments essentiels: vitamines, oligo éléments, minéraux.

  • Elles sont également très riches en fer (indispensable à la production de l’hémoglobine)
  • Aident à contrôler la glycémie (donc à éviter le diabète de type2) et le taux de cholestérol dans le sang.
  • Ont pour certaines d’entre elles (dont les lentilles) un effet antihypertenseur et aident à lutter contre la fonte musculaire.
  • Un de leurs acides aminés, la leucine, pourrait même ralentir la perte osseuse (Mieux manger pour les nuls, docteur Jean-Michel Cohen, ed First).

Pour cette recette, il vous faut :

  1. 500 g de purée de tomates
  2. 1 litre de lait de coco
  3. Du curry
  4. Du cumin
  5. Du curcuma
  6. Du paprika
  7. De l’huile d’olive
  8. 1 gousse d’ail
  9. 3 tomates
  10. 1 poivron rouge
  11. 1 aubergine
  12. 3 carottes
  13. 400 g de lentilles corail

J’en profite pour vous dire qu’Alternative Vegan, ce média que nous sommes en train de construire ensemble, suscite déjà beaucoup d’intérêt !

Après Europe 1 et C8, je suis invitée le 23 Octobre en début de matinée sur France info pour parler de notre aventure commune et je serai le 31 sur Sud Radio.

J’ai aussi une question pour vous car j’ai du mal à me décider : d’une manière générale (que ce soit pour mon livre ou notre projet de revue) dois-je interviewer des opposants au véganisme ? 

Bien sûr, quand on est journaliste, le contradictoire est la règle. 

Mais je me dis que les partisans d’une alimentation carnée ont largement la parole, et depuis bien longtemps, et que cette parole a emporté toutes les autres. 

Je suis vraiment preneuse de votre avis sur la question : laissez-moi juste un commentaire ci-dessous. Cela me sera très utile !

A très vite,

Laurence

  • Potton Amandine dit :

    Non, je ne pense pas qu’il soit “utile “que vous interwievez un opposant au veganisme.

  • Fabienne dit :

    Bonjour Laurence, effectivement donner la parole aux personnes qui ne jurent que par les produits carnés n’est peut-être pas nécessaire. De manière générale, il faudrait systématiquement rappeler (c’est mon avis personnel) que derrière tout produit carné et laitier, se cache une réelle souffrance animale qui prend des allures de génocide, en insistant sur la dangerosité des antibiotiques et autres substances que l’on fait ingérer aux animaux.
    En revanche, pourquoi ne pas recueillir les témoignages de flexitariens et de personnes qui hésitent encore à franchir le pas vers le végétarisme ou le véganisme ? Cela permettrait aussi, afin de les aider dans leur choix, de leur expliquer qu’il est possible de remplacer les protéines animales par des protéines végétales, sans carence.
    Merci pour votre initiative.

  • Frédérique PIERSON dit :

    bonjour,Je crains que ces “opposants” ne vous disent rien de nouveau… Ne perdez pas votre temps et votre énergie, on en a plus que besoin!

  • Laurence ERBIBOU HENRION dit :

    Je dirais à première intention NON mais pour débattre il le faudrait. Insistez sur la possibilité de remplacer les a.imaix par des protéines végétales et l absence de carences dans ce cas. Courage !

  • An dit :

    Si dans les magasins il n’ y avait pas de viande les gens n’en mangeraient pas, donc tout commence en haut de la chaîne alimentaire pas d’élevage, pas de transformation en produits carnés donc pas de vente aux consommateurs et pas de consommation d’animaux.

  • Céline dit :

    Bonjour, je pense qu’il est inutile de se confronter aux personnes adeptes de la viande. D’ailleurs qu’elle en serait l’objectif? Il est indispensable dans cette société de contraste, de respecter les coutumes et habitudes des autres. On peut vivre ensemble sans manger les mêmes choses! Par contre, il reste une question fondamentale dans ce débat , c’est la maltraitance animale, l’argent qu’elle génère et le drame écologique qui en découle! C’est plus de la pédagogie, de l’éducation aux goûts, aux recettes comme vous le faites qui sont nécessaires. Je ne crois que la confrontation soit une solution surtout pas dans un débat public.

  • Taquet dit :

    Bonjour,
    Un grand Bravo à cette merveilleuse création qui nous renforce dans cette démarche quotidienne du respect de notre environnement.
    Vanter les mérites d’une alimentation carnée de la part des carnivores se réduit derrière quelques secondes gustatives.
    Fermer les yeux et s’entendre dire ” je ne préfère pas savoir”marque le paradoxe de la viande.
    L’élevage intensif( antibiotiques, poulet à la dioxine..) est la cause de puberté précoce chez les jeunes filles en pleine puberté, des cancers colorectaux , l’OMS qui reconnait publiquement que la charcuterie est néfaste..
    Les abattoirs sont plus protégés que la NASA, les cadences sont infernales et l’horreur des conditions pour ces animaux qui ne veulent pas mourrir ressemblent à un génocide.

    Paul McCARTNEY ” si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien.”
    Marguerite Yourcenar ” je refuse de digérer l’agonie des animaux “.
    La viande heureuse n’existe pas !

    • Merci Marilyne pour le rappel de ces citations et cette vérité “la viande heureuse n’existe pas”. La viande qui fait du bien à la santé non plus.

  • Dupont Moreau dit :

    Je ne sais pas trop quoi en penser, mais je vous félicite pour votre magazine. Je ne mange aucune viande depuis 30 ans, mais j’ai encore des progrès à faire, et des choses à connaître. Merci pour votre initiative et bon courage.

  • Salvador dit :

    Personnellement je serai intéressé par des entretiens avec des mangeurs de viande accompagnés de commentaires qui réfutent (ou corroborent le cas échéant) certaines des croyances qu’ils peuvent émettre. Non pas pour les “démonter”, mais pour offrir des pistes permettant de démêler les discours émis à droite à gauche sur l’alimentation.

  • Valérie dit :

    Je ne pense pas qu’il soit utile d’avoir un avis contradictoire. Il existe déjà bien assez de revues, livres et même médecins sans compter la famille pour nous mettre le doute, surtout quand on vient de prendre la décision d’arrêter de manger de la viande. Ils ont tous une tonnes d’arguments qui font malheureusement écho en nous et nous mettent le doute, compte tenu de notre conditionnement depuis notre naissance.

  • Audibert dit :

    Bonjour et félicitations pour le lancement du Magazine Vegan, je vous aie écouté ce matin sur France Info. C’est génial que la parole vegan se diffuse sur les grands médias. Pour ce qui est du débat contradictoire avec des non vegan, je pense que leur donner la parole est non seulement ethique en terme de journalisme mais aussi constructif car il évite le communautarisme. Le magazine sera un lieu de reflexion et les mangeurs d’animaux qui accepteront de témoigner auront déjà fait un pas vers la prise de conscience. En parlant et argumentant ils modifieront surement leurs points de vue: manger les animaux est il bien?
    Veronique, vegan depuis 3 ans, végetarienne depuis 10 ans. Encore bravo et merci !

  • Marie Anne dit :

    Jadore vos recettes et vos conseils. J’ai 72 ans et je commence seulement à ne plus manger de viande. J’ai un peu honte de commencer si tard. Mais comme disait ma mère “vaut mieux tard que jamais ” merci.

  • Voulgaropoulos dit :

    Il faut donner la parole aux opposants au veganisme . Vous avez les arguments solides. Pour ceux qui ont le cul entre deux chaises, c’est ça va peux être les faire passer de l’autre côté. De toute façon la cause animale fait pencher beaucoup de gens vers le veganisme avant leur santé. Je le vois autour de moi.
    Il faut prendre la santé comme angle d’attaque et le bon côté pour notre planète.
    Bravo pour ce site et cette initiative, on est sur la bonne route . Ça me fait penser au bio il y a 27 ans, j’en ai pris plein la tête, et maintenant ça va devenir une majorité. Tous unis on y arrivera

  • Bernard dit :

    Pour mo c non, on connaît leurs arguments, c comme ceux des chasseurs…. il faut avancer positivement en essayant de construire autre chose et en étant capable de fournir des arguments en faveur de l’abandon de la viande.

  • Isabelle Dor dit :

    Bonjour, outre l’objectivité, l’intérêt d’interviewer des opposants au veganisme, c’est de connaître leurs arguments (je sais on en connaît déjà la plupart ) afin de mieux les démolir. (Les arguments, pas les antivegans😉)

  • Corinne FRADIN dit :

    Bonsoir,
    Il me semble qu’il n’est pas forcément utile de laisser la parole aux “mangeurs de viande” lors d’une interview sur le véganisme car, moi aussi, je pense qu’ils ont bien assez l’occasion de s’exprimer et risquent d’en abuser en leur faveur.
    Je pense que ceux qui s’intéressent au véganisme n’ont pas forcément envie d’entendre, encore une fois, venter les soi-disant bienfaits de la viande. Mais, cela n’engage que moi.
    Cordialement.
    Corinne

  • Michel dit :

    Je viens de décider de changer mes habitudes alimentaires et votre site m est précieux car je n ai pas encore de repères ou d expérience dans le domaine vegan, à part de vagues tambouilles de restos qui se veulent dans la nouvelle mouvance.
    Merci donc de me prendre par la main, mais mon souhait supplémentaire est de voir des plats qui “présentent ” sur une table autant pour ravir mes invités que pour mon propre plaisir.
    Merci,en tout cas pour ces petits trésors.
    Michel, Bruxelles.

  • Edith dit :

    Tout dépend des questions qui leur sont posées, de l’angle d’attaque. Leur laisser la parole juste par soucis d’image ( il faut qu’on soient les gentils de l’histoire…) me semble sans intérêt. Par contre essayer de comprendre ce qui coince vraiment, quels sont les ressorts psychologiques, culturels qui expliquent leurs crispations, leurs peurs, oui, ce pourrait être productif.

  • bailliotfrancis dit :

    Bonjour a tous
    Tout d’abord j’aimerai dire que ce site est un merveilleux outil de connaissances et de formation sur le sujet du veganisme
    Et puis je pense que ce serait une très bonne chose de donner la parole, même si c’est vrai qu’ils ont principalement l’audience, aux mangeurs de viandes, pour permettre de déconstruire en parallèles leurs arguments et mettre pleinement en lumière, l’utilité de passer a régime excluant le sacrifice d’un animal..
    J’aimerai aussi dire et conseiller, a tous ceux qui liront ce commentaire, de visionner un film documentaire (Dominion) indispensable pour comprendre intimement l’urgence absolue d’arrêter toute exploitation animale

  • sandrine DELBECQ dit :

    Bravo pour cette initiative que je soutiens complètement. Oui, je pense aussi qu’il faut pouvoir démonter les arguments des “viandales”(comme les nomme A. Caron) pour prouver l inevitable veracité du veganisme. J’en profite aussi pour inciter les gens à regarder The game changers, qui combat pas mal d’idées reçues.

  • Ganet Sylvain dit :

    Bonjour,
    Je pense qu’il est nécessaire dans un souci de débat pertinent et constructif de laisser la parole aux opposants. Mais pas seulement à ces derniers. Il y a aussi de nombreuses personnes, et sûrement les plus répandues, dont la position est intermédiaire.
    Le monde n’est pas tout blanc et tout noir mais façonné de multiples nuances. Evitons d’être exclusifs et encore moins manichéens!
    D’ailleurs, bien que je partage pleinement la plupart de vos convictions (et tout spécifiquement la cause animale)… je ne suis pas (encore) vegan!…
    Il vous appartient donc de me permettre ou non de m’exprimer parmi vous…
    A bientôt j’espère!

    • Bien sûr Sylvain, vous êtes le bienvenu ici. Ce site est bienveillant et fait pour informer tout le monde, ceux qui s’interrogent, s’intéressent, qui ont une “position intermédiaire” comme vous l’écrivez tout comme ceux qui ont déjà fait le choix d’une consommation sans produits animaux. Si certains articles appellent commentaires, n’hésitez pas !

  • Béatrice Harcourt dit :

    Je pense que oui, car cela peux, l’air de rien, les faire reflechir, les mangeurs de viande.

  • Pimpie Christiane dit :

    Manger de la viande, c’est la solution de la facilité, on ne se pose pas de questions, on ne pense pas aux conditions d’élevage des animaux complètement contraires à leur mode de vie naturel. On veut ignorer les modes d’abattage afin de pouvoir manger et dormir tranquille. Ce n’est pas mon cas, je me sens tellement bien depuis que j’ai résolu de ne pas manger d’animaux et donc de ne pas contribuer à les faire souffrir.

  • Antonia Kisielewski dit :

    Cela m’attriste , toute cette maltraitance animale, tant de souffrance … je ne suis pas végan mais végétarienne et ma santé s’en porte mieux.Je tiens à vous dire que j’aime votre site qui me donne des idées pour la cuisine.

    • Merci Antonia. Voulez-vous davantage de recettes sur le site ou l’équilibre info/recettes vous parait-il bien ( cette question s’adresse d’ailleurs à tous ceux qui voudront bien répondre 🙂

      • Terras dit :

        Bonjour, pour moi tout est parfait : l’équilibre entre recettes et infos! Ensuite je ne suis pas certaine que l’avis des opposants soit constructif en entendant les commentaires autour de moi…. Mais pourquoi pas!
        Merci pour votre site.

  • Fabienne SMADJA-LAURENT dit :

    C’est vrai qu’il y en a que pour eux, mais, il faut leur laisser la parole. Une chose me choque depuis un certain temps, ce sont tout les industriels qui ce mettent à proposer des produits veggies et qui continuent d’exterminer des milliards d’animaux et ce uniquement dans le but financier afin de récupérer la clientèle qui se détourne de leurs produits.
    Je suis aussi allée à la Veggie World ou elle aussi est à present devenue du business pur. Je me pose aussi la question sur Beyong Meet, qui y a t-il réellement dedans, mais je m’écarte du sujet… oui, il faut leur laisser la parole.

    • C’est l’éternel sujet sur les “substituts”, les produits transformés veggie. je profite de votre message Fabienne pour vous poser la question: avez-vous consommé de la beyond meat au veggie world ou ailleurs ? Certains d’entre-vous en ont-ils goûté ?

  • Sonia dit :

    On exploite des chimpazés pour faire le lait de coco, et on détruit la forêt d’Amazonie pour le soja. Je préfère être végétalienne plutôt que de consommer des produits qui détruisent la planète et exploitent des animaux.

  • Vous pouvez prévoir des rencontres avec des carnistes plus tard lorsque que le media aura pris une certaine crédibilité …

  • blanchot nathalie dit :

    etre vegan c’est surtout étre tolérant qui nous somme pour dire qui a droit a la parole et qui ne la pas et cela montrerais une mauvaise image du mouvement et puis qui c’est on pourrait avoir d’autre participant a notre mouvement car le mode de vie vegan fait encore peur ca pourrait solutionner certain dilemm

  • WEIDMANN Virginie dit :

    Pourquoi prendre l’avis d’un omnivore… tous les jours on se confronte à des comportements d’incompréhension et de moqueries sur notre manière de manger. Quand c’est pas « mais tu manges des cailloux ?! », c’est « tout est bon dans le cochon »…
    Bref, moi sincèrement leur avis je le connais déjà !
    Je serais ravie de ne lire que des choses qui me confortent….
    Merci de nous donner la parole sur ce super projet !
    Bonne continuation !!!

    • Merci Virginie, je vais encore vous poser plein de questions au fil des newsletters: on va faire ce livre et ce media ensemble 🙂

      • Edwige Dubos dit :

        Bonjour, je suis d’accord avec Virginie , les omnis ont rarement l’esprit ouvert et on se confronte rapidement à un ping-pong plutôt qu’un débat structuré .. à moins d’être face à des personnes qui ont envie d’évoluer ( bcp plus rare)

  • Davis dit :

    Pas d’accord pour que vous ayez en face de vous des opposants au véganisme qui n’auront que des arguments fallacieux et creux et, déjà entendus des milliers de fois ,à vous opposer !
    Par contre , il est important de rester serein et répéter les principaux arguments qui feront que le veganisme est la prochaine étape éthique et incontournable si on veut vivre sur cette planète.

  • Elise dit :

    Bonjour,
    Concernant le fait d’inclure des personnes qui mangent de la viande, où dont là viande est leur source de revenus (agriculteurs, bouchers…), j’ai vu plusieurs débats dans cette configuration et ça ne s’est jamais bien passé. Au final, j’ai toujours ressenti à l’issu des échanges comme si le vegan ou végétarien était déclaré perdant du combat. J’ai toujours l’impression que c’est une bagarre stérile avec ce type de personnes, où l’on est considérés d’emblée comme des farfelus ou des illuminés. Ainsi, à moins de trouver des personnes très très ouvertes d’esprit et au dialogue, je ne pense pas que ce soit absolument nécessaire de leur donner la parole. On peut aussi, pour une fois, les mettre à l’écart simplement pour pouvoir exprimer et expliquer sereinement le veganisme et les raisons, et mêmes les sentiments qui amènent à ce mode de vie.
    Voilà mon avis 🙂
    Merci pour tout ce que vous faites pour notre cause, et surtout pour celle des animaux.

  • Senger dit :

    Je pense que si on veut pouvoir démonter leurs arguments, il faut laisser la parole aux “carnassiers”. Cela nous évitera peut-être de passer pour une secte, comme je l’ai déjà vu sur Facebook ! C’est important de laisser un droit de réponse. Des deux côtés.

  • Isabellle Folino dit :

    Ça à l’air super bon. Je vais essayer sauf que je vais pas mettre la tomate car je ne l’aime pas cuite. Merci.

  • >