fbpx

L’intelligence du cochon va vous surprendre

Intelligence animale, cause animale, Intelligence du cochon

« Nous devons repenser l’opinion que nous avons des porcs ». Ce n’est ni un militant de la cause animale qui le dit, ni un vegan, c’est une chercheuse, Lori Marino, neuroscientifique de l’université Emory, au Canada. Comme elle l’a démontré dans une étude parue en 2015 dans l’International Journal of Comparative Psychology, les cochons sont en effet des êtres intelligents, plus intelligents que le chien, le chat et aussi rusés que le chimpanzé. Ils sont capables de reconnaitre des symboles et des combinaisons de symboles. « Nous avons montré que les porcs partagent un certain nombre de capacités cognitives avec d’autres espèces très intelligentes telles que les chiens, les chimpanzés, les éléphants, les dauphins, voire les humains » continue la chercheuse.

Diable ! Le cochon ne serait donc pas cet animal objet de toutes les railleries et sujet d’expressions pas très avantageuses ? Ne dit-on pas « Sale comme un cochon »? « Manger comme un cochon », « avoir un caractère de cochon »?.

Les bêtes d’élevage, les grandes oubliées des chercheurs

Comme toutes les bêtes d’élevage, le cochon a été beaucoup moins étudié par les scientifiques que les autres animaux. Pourquoi ? Parce que «c’est plus spectaculaire d’aller étudier le lion ou l’éléphant plutôt que la vache», comme l’explique le biologiste Yves Christen au Point.
«Et d’autre part, parce qu’on s’est surtout intéressé aux fonctions alimentaires des animaux d’élevage

C’est lui le plus intelligent de la ferme !

En réalité, le cochon est le plus intelligent des animaux de la ferme. C’est aussi un grand incompris.

S’il se roule dans la boue, ce n’est pas parce qu’il est sale mais parce qu’il doit protéger sa peau fragile et très proche de celle des humains, des coups de soleil et des parasites. La boue séchée lui sert de carapace.

Le cochon est même particulièrement propre : ainsi prend -il bien soin de ne jamais dormir ou manger au même endroit que là où il fait ses excréments. Cela lui est malheureusement impossible dans les élevages industriels ou ses déjections côtoient sa nourriture.

S’il gratte dans la terre (ou sur la moquette de ceux qui ont eu la mauvaise idée d’adopter un cochon domestique !), c’est parce que son odorat très développé – autant que celui des chiens- lui permet de repérer de la nourriture : une capacité que connaissent bien les ramasseurs de truffes. Le cochon est ainsi capable d’identifier un individu à plusieurs centaines de mètres, à sa seule odeur.

Des aptitudes scientifiquement prouvées

On ne dira donc plus sale comme un cochon…  
On devrait même dire intelligent comme un cochon. Car c’est aujourd’hui scientifiquement prouvé.

Intelligence animale : MEMOIRE

  • Le cochon a une faculté à se souvenir. Regardez cette vidéo et vous verrez comme un porc réussit à mémoriser l’emplacement des objets.

Intelligence animale : CONSCIENCE DE SOI

  • Le cochon a conscience de soi. En 2009, les scientifiques britanniques Donald M. Broom, Hilana Sena et Kiera Moynihan, de l’université de Cambridge, ont en effet fait passer au cochon le fameux « test du miroir » [1] (dit aussi « test de Gallup ») qui consiste à déterminer la perception de soi. Le test du miroir consiste à dessiner sur la tête d’un animal une tache de couleur et de le placer ensuite face à un miroir. Si l’animal bouge sa patte pour enlever cette tache ou s’il réagit de façon quelconque, c’est qu’il comprend que cette tâche est placée sur son corps, c’est qu’il en a « conscience ». Avoir conscience de soi même est la première étape avant la conscience des autres. Les cochons étudiés par ces chercheurs de Cambridge ont résolu une variante du test du miroir en réussissant à trouver de la nourriture grâce à leur reflet dans la glace.

Intelligence animale : ROUERIE

  • Le cochon est même capable, quand son intérêt est en jeu, de tromper « l’ennemi ». Des scientifiques de l’université de Bristol ont en effet démontré que des porcs disposaient de ce que les éthologues appellent une intelligence « machiavélienne ». Des cochons ont ainsi fait mine de ne pas savoir ou était cachée la nourriture qu’ils convoitaient afin que d’autres cochons ne les suivent pas pour la débusquer ! En revanche, ces mêmes cochons ne se sont pas cachés quand ils étaient en présence d’un cochon ami, dont ils savent qu’il n’allait pas leur chiper leur nourriture [2]

Intelligence animale : JEUX VIDEOS

  • Le cochon est aussi tout à fait apte à jouer aux jeux vidéo ; En 1997, des universitaires de Pennsylvanie ont mis en évidence le fait qu’un cochon nommé Hamlet réussissait à déplacer une manette pour faire bouger un objet sur un écran et le faire rentrer dans des cases. Un test que les chimpanzés ont réussi mais plus lentement que les cochons et que les chiens ont raté. On ne résiste pas à vous montrer cette vidéo cultissime d’Hamlet dans son meilleur rôle !

Intelligence animale : COMMUNICATION

  • Étonnez-vous après cela que les cochons jouent entre eux quand ils sont en groupe, parfois même au foot (ils adorent les jeux de ballons). Ces bêtes, qui communiquent beaucoup entre eux (ils possèdent une vingtaine de cris différents) peuvent se reconnaître les uns les autres et réussissent à distinguer deux cochons très ressemblants comme un frère et une sœur qu’lls n’ont pourtant jamais vus auparavant. [3]

Intelligence animale : AUTONOMIE

  • Les cochons font…des économies d’énergie. Pour preuve cette expérience menée dans un élevage où les cochons ont été dressés à réguler la température de leur enclos avec leurs groins : la température adoptée était moins élevée que celle qui avait été réglée par les humains ! (De 21 à 27 degrés pour les plus jeunes) !

Intelligence animale : EMPATHIE

  • Capables d’empathie, les cochons se serrent les uns contre les autres quand ils ont froid…
  • Émotifs, ils peuvent aussi avoir leurs préférences parmi les humains qui leur sont familiers, en fonction des expériences et émotions partagées avec eux

Capables de sauver la vie de leurs maitres

  • Il arrive même qu’ils volent au secours des humains… En 1998, à Presque Isle, en Pennsylvanie, ’histoire du cochon Lulu a fait le tour du monde. Victime d’un malaise cardiaque, sa maitresse Jo Ann appelait à l’aide en vain … Le cochon est alors allé s’allonger au beau milieu de la route voisine pour forcer les voitures à s’arrêter. Un automobiliste a contourné le cochon et a continué sa route, un autre s’est arrêté et a suivi Lulu jusqu’au mobil home de sa maitresse, mal en point… Quinze minutes de plus, diront les médecins, et elle était morte…
  • En 2000, la cochonne Pru a elle aussi sauvé la vie de sa maitresse Dee Jones en la tirant d’un bourbier dans lequel elle était coincée. Sa maitresse, une agricultrice, avait dressé Pru. Elle lui a mis une corde autour du cou et lui a ordonné de la tirer.
Intelligence animale, cause animale, Intelligence du cochon

Méconnu, cet animal nous a beaucoup donne et nous donne encore

  • Sa peau est utilisée pour le traitement des grands brulés. Ses organes internes ayant la même taille que ceux des humains, il est envisagé de l’utiliser pour des xénogreffes, (la transplantation d’un greffon d’une espèce à une autre). Un embryon humain a déjà été implanté dans l’utérus d’une truie pendant l’opération de sa mère… Un jour, les cochonnes joueront peut-être les mères porteuses…De plus, sa constitution biologique étant proche de celle des humains, le cochon paye son dû à la recherche médicale.

Si elle est interdite dans les religions juives et musulmanes, la viande de porc est parmi les viandes les plus consommées. 790 millions de porcs, soit 109 millions de tonnes, étaient consommés dans le monde en 2014 (source Wikipédia). 21,4% de cette consommation provenait du continent européen.

  • « Tout est bon dans le cochon » dit le proverbe populaire. (expression attribuée à Brillat-Savarin3. Outre la peau utilisée pour du cuir, les poils durs des porcs sont utilisés pour la fabrication de pinceaux et de brosses.

Et pourtant, nous continuons à le maltraiter

Pour rappel :

Les 41 Bienfaits du Véganisme

Vous pouvez changer beaucoup de choses, pour votre santé et celle de vos proches, la vie animale, l'environnement... en changeant juste une seule chose : ce que vous mangez !

  • Les dents des jeunes porcelets sont meulées ou coupées, leurs queues également coupées [4] pour ne pas qu’il se mutilent entre eux (la vie en promiscuité engendre des comportements agressifs). Ces pratiques qui, selon la réglementation en vigueur, ne sont pas obligatoires sont en fait systématiques.
  • Les phéromones dégagées par les males pouvant donner mauvaise odeur à leur viande, les porcelets mâles sont donc castrés. La réglementation française autorise que les porcelets mâles de moins de 7 jours soient castrés à vif. Une opération extrêmement douloureuse, interdite par exemple en Angleterre et en Irlande. La Suisse et les Pays-Bas imposent quant à eux l’anesthésie avant castration.
  • Les porcs consomment 37% des antibiotiques vétérinaires vendus en France. Ils sont avec les volailles, les animaux les plus consommateurs d’antibios
  • Dans la nature, leur espérance de vie est d’environ 25 ans, contre cinq mois dans un élevage. 95% des porcs en France sont élevés dans des élevages intensifs, c’est à dire qu’ils ne marcheront jamais dans aucun pré.
  • Dans les élevages, les truies sont emprisonnées dans de si petites cages qu’elles ne peuvent se retourner pour voir leurs bébés. Elles peuvent juste se lever et se coucher. Dans la nature, les truies se consacrent exclusivement à leurs nouveau-nés dans les deux semaines qui suivent la mise au monde.

Un article qu’il nous semblait important d’écrire en cette année 2019 qui est celle du cochon…mais pas du bien-être animal !


[1] Broom, Donald M., Hilana Sena, et Kiera L. Moynihan. 2009.
« Pigs Learn What a Mirror Image Represents and Use It to Obtain Information ». Animal Behaviour 78 (5): 1037‑41. doi: 10.1016 /j.anbehav 2009.07.027. Broom et al., 2009.
[2] M. Mendl and C.J. Nicol, « Learning and cognition », in Jensen, Per, éd. 2009. The ethology of domestic animals: an introductory text. 2nd ed. Cambridge, MA: CABI.
[3] cité par L214, M. Špinka, « Behaviour of pigs », in Jensen, Per, éd. 2009. The ethology of domestic animals: an introductory text. 2nd ed. Cambridge, MA: CABI).
[4] ( cité par l214, source Anses, Suivi des ventes de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques en France en 2012)

>