fbpx

février 28

Vous aussi, vous sentez comme le véganisme monte en France ?

Newsletters

8  comments

Il y a dix ans, on nous ignorait…

Il y a cinq ans, on nous ridiculisait…

Et demain, demain… on nous considérera comme des pionniers, des gens qui ont agi avant tout le monde et qui ont bien fait.

Nous ? Oui, nous, vous, les adeptes de l’alimentation végétale !

Ceux qui refusent la viande, le lait, les œufs, ceux qui ont changé d’alimentation et qui s’en portent mille fois mieux.

Ou ceux qui sont sur le point de…

Ou qui ont besoin d’un peu d’aide et de conseils nutritionnels pour franchir le pas.

En fait, nous n’avons jamais été aussi raccords avec notre époque…

Vous l’entendez cette petite musique qui monte ? Cette vague qui vient de très loin (le véganisme est issu d’un vieux courant de pensée, Pythagore en parlait déjà au VIème siècle avant Jésus-Christ), qui grandit et se déploie avec une force tranquille ?

Elle va provoquer sinon un tsunami mais une véritable révolution alimentaire.

Elle a déjà commencé, d’ailleurs… Avez-vous remarqué comme le monde entier devient « vegan compatible » ?

La preuve, ces célébrités, végétariennes, végétaliennes ou vegan qui n’ont plus peur de prendre la parole.

C’est le tennisman Novak Djokovic qui déclare : « il est possible d’être végétalien et de bien récupérer, d’avoir de la force, d’avoir des muscles».

C’est la championne de tennis Venus Williams devenue végétalienne pour lutter contre des douleurs articulaires qui explique : « changer mon alimentation a fait une grande différence ».

C’est le comédien Jared Leto qui répond à tous ceux qui lui font remarquer qu’il ne fait pas du tout mais alors pas du tout, ses 48 ans : « vingt ans à manger végétarien et végétalien et à prendre soin de moi, cela contribue sans doute au processus de conservation ».

C’est l’acteur Joaquin Phoenix, ambassadeur de la PETA, qui a livré un discours qui a fait date aux Oscars 2020 :

23 meilleurs sources de protéines végétales

Quel végétal est l'aliment le plus riche de la planète ?


« je pense que nous sommes de plus en plus déconnectés de la nature (…). Nous nous autorisons à inséminer artificiellement une vache, et une fois qu’elle donne naissance, nous volons son veau, même si ses pleurs de souffrance sont indéniables.

Puis, nous prenons le lait destiné à son veau pour le mettre dans notre café, dans nos céréales. Nous pensons que le changement rime avec sacrifice. Mais les êtres humains, lorsqu’ils sont bons, ils sont créatifs et ingénieux.

Il faut se servir de la compassion, de l’humour, pour présider toutes nos décisions et pour créer des systèmes qui bénéficient à tous et faire intervenir un réel changement qui sera bon pour tous et toutes et pour la planète ».

Bill Clinton, Woody Harrelson, le joueur de NBA Kyrie Irving, les stars de Game of Thrones Nathalie Emmanuel (Missandei) ou Peter Dinklage (Tyron Lannister)… La liste est longue des stars qui se disent fans de l’alimentation végétale !

Ok direz-vous, mais tous ces gens-là sont des célébrités…

Victoria Beckham ou Kim Kardashian peuvent bien vanter leur alimentation végétale (saucisses de légumes au petit déjeuner, tacos vegan au dejeuner et … Smoothies à l’écume de mer en guise d’encas pour Kim K), ce ne sont pas des gens comme nous !

Facile de devenir des apôtres de l’alimentation végétale quand on a un ou des chefs à demeure, des diététiciens pour élaborer ses menus et du personnel pour faire les courses.

Ce n’est pas notre vie. Vous et moi sommes dans la vraie vie, pas eux.

Vous et moi faisons bien souvent nos courses dans un seul et même magasin, que ce soit un magasin physique ou en ligne.

Diversifier ses sources d’approvisionnement, shopper à plusieurs endroits, sur internet puis chez le maraîcher, et au supermarché, au marché… demandent en effet du temps que la plupart d’entre nous n’ont pas.

C’est vrai, sauf que, bonne nouvelle, aujourd’hui, cette alimentation arrive dans la « vraie vie » !

Car les grandes marques aussi ont entendu cette « petite musique » et vu arriver cette vague qui va changer notre alimentation à jamais :

  • Beyond Meat par exemple. Je me souviens avoir couru les restaurants et les « concept store » parisiens pour pouvoir consommer cette « fausse viande » végétale conçue à partir de protéines de pois (des pois français pour le marché hexagonal), de fécule de pommes de terre, d’huile de coco et de jus de betteraves (pour remplacer l’aspect saignant) et qui a l’apparence et la texture des vrais steaks.

    Eh bien, nous n’avons plus besoin de courir maintenant car les burgers et saucisses Beyond Meat sont disponibles dans les supermarchés français, chez Franprix, Monoprix, Géant et Casino.

    Et on les trouve dans les mêmes rayons réfrigérés que la viande traditionnelle (l’entreprise a insisté auprès des distributeurs). Pour viser ceux qui ont du mal à décrocher de la viande. Mais sont ouverts au fait d’essayer.

    Comme vos amis qui sont venus chez vous goûter un petit dîner végé et ont trouvé ça plutôt très bon !

    Beyond meat, dans lequel a investi notamment Bill Gates, qui n’est pas philanthrope, juste informé.

    Selon les analystes de JP Morgan, “le marché de la viande vegan pourrait facilement atteindre 100 milliards de dollars (88 milliards d’euros) dans 15 ans”.
  • Il y a aussi la viande cellulaire, cultivée à partir des cellules d’un animal VIVANT. Elle ne sera pas commercialisée avant plusieurs années mais elle est aussi l’avenir.

    Selon une étude du cabinet de conseil américain AT Kearney, d’ici 2040, 60 % de la viande que nous mangerons ne sera plus issue d’animaux.
  • Il y a des chances pour que, si vous remettez un pied dans un Burger King, vous y trouviez une version végétarienne du burger star, le Whooper.

    Et que chez KFC, vous mangiez des nuggets à base de protéines végétales. La marque les a testées dans l’un de ses restaurants près d’Atlanta, aux Etats-Unis. Oui, KFC, emblème du poulet frit…

    Tiens, une petite info pour ceux qui se sont nourris de saucisses Knacki de Herta : après avoir lâché la branche charcuterie de Herta (marque présente dans 8 réfrigérateurs français sur 10), Nestlé investit lourdement dans le végétal…

La consommation de jambon recule de 2% chaque année et pour cause!

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer a estimé que la consommation de 50 grammes de viandes transformées par jour, soit deux tranches fines de jambon, augmentait de 18 % le risque de cancer colorectal… (1)

Dans vos supermarchés, vous avez d’ailleurs dû remarquer la même chose que moi…

Mon Monoprix de la banlieue parisienne a complètement chamboulé son offre végétale, consacrant par exemple un rayon entier de 4 mètres de linéaire aux produits alternatifs vite faits à faire réchauffer au micro onde (sachets de lentilles bio, riz et soja, boulgour petits pois) là où ils n’occupaient qu’un petit mètre carré il y a quelques mois.

Idem pour les produits « laitiers » alternatifs à base de soja, d’amandes, de coco…

Oui mais dites-vous, cela ne veut pas dire que nous sommes prêts pour l’alimentation végétale : après tout, le nombre de français se définissant comme vegan ou végétariens ne représente que 2% de la population.

Soit, mais la prise de conscience est là. Et elle se répand.

Une « révolution alimentaire » est en marche comme disent les sociologues du Credoc (2). Nous assistons à la naissance d’un « mode de vie mainstream », c’est-à-dire grand public (3).

Car le monde est en train de changer : au Royaume Uni par exemple , le nombres de personnes vegans a quadruplé entre 2014 et 2019, pour atteindre 600 000 personnes (d’après une étude de l’association caritative Vegan Society).

Si ce rythme se poursuit, les vegans et végétariens représenteront un quart de la population britannique en 2025 et les flexitariens un peu moins de la moitié ( 4).

La France, pays de « viandards » est en train de changer un tiers des français se disent aujourd’hui flexitariens (5) .

Comme le dit le chanteur Moby, vegan depuis 1987, « il n’y a pas de meilleur moment pour devenir vegan ».

Vous, vous êtes-vous intéressé(e)s à l’alimentation végétale pour améliorer votre santé ? Pour soulager la souffrance animale ou préserver l’environnement ?

Vous y êtes peut-être venu(e)s par vos enfants ?

Ce n’est pas mon cas mais j’ai deux amies qui ont dû répondre à la demande de leurs ados devenus vegans et qui ont fini par se rallier à cette alimentation, dont tous ont vu très vite les effets sur leur santé…

Nos ados vont plus vite que nous !

D’ailleurs, l’avez-vous remarqué ? Dans les films et les séries, un jeune sur deux est désormais étiqueté « vegan ».

Je me faisais encore la réflexion hier soir après avoir regardé la série « Baron noir » sur Canal Plus. Une scène montre la fille (7 ) du personnage principal, Kad Merad, refusant le gigot au four que son père a cuit avec amour.

Elle lui parle antibiorésistance (25 000 morts par an au sein de l’union européenne) et souffrance animale. Et au fond de lui, on voit bien qu’il sait que sa fille a raison, mais qu’il est désarmé…

Que sait-il cuisiner d’autre qu’un gigot au four ? Quel plat peut-il faire avec autant d’amour ?

C’est difficile pour tout le monde de changer.
Et personne n’aime le changement.
Personne n’aime bouleverser ces habitudes.

Mais nous n’avons plus le choix…

Vous êtes décidés et vous avez compris qu’en changeant une seule chose, votre alimentation, vous pouvez changer plein de choses.

Sinon, vous ne liriez pas cet article.

Mais peut être avez-vous besoin d’aide pour vous y mettre, de deux ou trois conseils qui vous rassureraient sur le côté nutritionnel, sur la façon de faire des plats équilibrés.

C’est en pensant à des personnes comme vous, parce que moi aussi, j’ai été dans votre cas, que je suis en train de construire un programme avec Eva-Claire Pasquier, l’autrice culinaire dont je vous parlais dans mon mail précédent.

Ce programme n’inclut pas de Beyond Meat, encore moins de viande cellulaire ou de faux nuggets de KFC, il fait appel à une alimentation qui revient au bon sens, aux fruits et légumes de saison et qui n’est pas compliquée à adopter. Un programme qui apprend comment cuisiner sans viande, sans lait, sans œufs.

Ce programme avance bien et j’espère pouvoir bientôt vous le présenter en détail.

Si vous avez des suggestions, d’ailleurs, n’hésitez pas à me les laisser dans les commentaires ici : elles sont vraiment les bienvenues ! On essaiera avec Eva-Claire de répondre au mieux à vos attentes,

A très vite !

Laurence,

(1) Dource Novethics
(2) Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie
(3) Dixit Ken Spector, coauteur du classement de HappyCow, le guide de la restauration végane
(4) source The Guardian.
(5) Etude Kantar world panel, 2017
(6) Source ONG Grain et l’IATP (Institute for agricultural and trade policy)
(7) Lubna Gourion

Alternative Vegan Media

Laurence Pieau


A Propos

You may also like

Coronavirus : le véganisme, ou un futur sans pandémie ?

Spécial confinement : nos recettes du placard, simples et délicieuses

Les 3 ennemis qui menacent notre santé…

  • Bonjour,
    Il est grand temps d’être surtout convaincu que se nourrir d’aliments bio et végétariens ou végétaliens et essentiel pour le respect du vivant sur notre belle planète…
    Il y a des exemples partout, pas besoin du show bizz pour ça ! Et surtout, d’innover et d’évoluer vers des recettes simples, du fait maison et surtout pas toutes ces “fausses” viandes ou faux fromages ! Toute cette nourriture industrielle quelle qu’elle soit fait partie de notre mode de vie consumériste qui est complètement Has been, anti-écologique, anti-économique et vraiment mauvais pour notre santé !
    Je n’ai jamais adoré la viande même quand j’en mangeais alors les mots liés à son vocabulaire et utilisés à des fins marketing, c’est juste de l’hypocrisie !
    On assume qui on est et ce que l’on met dans notre assiette, comment on s’habille… Tout cela s’appelle Bienveillance et Respect.
    Merci pour vos lettres d’information.

    Reply

  • Très intéressante newsletter avec plein d’infos.
    J’ai 52 ans et suis en phase de transition depuis quelques mois. Doucement mais sûrement. Je me définis actuellement comme flexitarienne. Je n’achète quasiment plus de viande (un peu pour mon mari) mais je ne souhaite pas compliquer la vie de mes amis ou de ma famille et donc continue à manger un peu de viande lorsque je suis invitée. Au restaurant, je choisis du poisson s’il n’y a que la salade à la carte 😉
    Ce qui est beaucoup plus compliqué, c’est mon mari qui lui aime la viande et est persuadé que c’est indispensable. Il faut donc composer mais il s’adapte et mange même du tofu à présent…
    Je pense qu’il faut aller à son rythme. Changer des habitudes alimentaires inculquées dès le plus jeune âge, voire depuis des générations, n’est pas évident. Il ne faut pas s’imposer de privations drastiques si on n’en a pas envie. Diminuer sa consommation est déjà énorme et je me dis que si nous faisions déjà tous cela, ça changerait beaucoup de choses.
    Mon 1er stade est donc l’élimination de la viande, du poisson et du lait de vache que je n’ai jamais consommé seul mais que j’utilise en cuisine (je remplace les produits laitiers par des yaourts au soja que mon mari adore, de la crème de soja, des laits végétaux). Puis ce sera peut-être le tour des oeufs et du fromage (je commence à m’intéresser aux fromages végétaux).
    Le tout est de prendre conscience que tout peut être remplacé et ça, c’est une vraie découverte pour moi. D’autre part, l’arrêt de consommation de viande pousse à découvrir ou redécouvrir de nouveaux aliments et de nouvelles saveurs, ce qui élargit notre horizon culinaire.
    En conclusion, je dirai “ne soyons pas trop exigeants avec nous-même. Si nous faisons tous un peu, ce sera déjà énorme !

    Reply

  • Bonjour! devenue vegetalienne du jour au lendemain,pour etre en accord avec mes principes, et devant en plus perdre 17 kg j’apprecie vivement que vous proposiez de nous montrer que l’on devient de plus en plus nombreux!
    Hate de recevoir vos prochains mails;
    J’ai une ado de 13 ans qui souhaite devenir vegetarienne alors je l’aide comme je peux car il n’y a pas beaucoup de soutien sur la toile je trouve..

    Reply

  • bonjour, je vous remercie pour votre newsletter qui est toujours passionnante, je suis vegetarienne depuis plus de 40 ans, et vegan maintenant depuis 4 ans, et j’en suis fière,
    c’est vrai que le monde change, mais pas assez vite à mon gout !
    merci et a bientôt,
    pascale

    Reply

  • bonjour je lis toujours votre news avec intérêt , végétarienne mais je diminue fromage et oeufs , j ai hâte de découvrir votre alternative et conseils, je me plonge déjà dans des livres et magazines Veggie mais là je dis stop car ils. s empilent dans les étagères
    le seul inconvénient pour moi c est que je préfère une écriture plus “grasse” pour une meilleure lecture de votre lettre
    merci

    Reply

  • Je suis très intéressée par votre projet. Je suis un peu gênée par toutes ces nouvelles conceptions, elles me mettent mal à l’aise. Je suis même un peu dégoûtée à l’idée de quelque chose qui ressemble à un œuf et qui n’est pas un œuf . Je préfère un menu végétarien qui n’a pas à copier quoi que ce soit. Donc j’attends votre prochaine newsletter avec impatience. Merci pour tout ce que vous faites. Très bon succès. Très amicalement. Françoise Figueroa.

    Reply

  • Hâte de profiter de ce programme pour m accompagner je suis en pleine transition et j ai peur de faire des erreurs j ai 64 ans
    En tout cas merci vos mails m encouragent

    Reply

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Recevez gratuitement notre newsletter

    >