fbpx

Véganisme et santé : les nombreux bienfaits prouvés par la science

De très nombreuses études viennent prouver et étayer les bienfaits de l’adoption d’un régime vegan sur notre santé. Des résultats malheureusement peu communiqués au grand public, conditionné très souvent par les communications des grands groupes agro-alimentaires et leurs puissants lobbys (le grand mythe du lait de vache par exemple…).

En voici une liste non exhaustive mais déjà très parlante…

1 / Les maladies cardio-vasculaires

Les produits laitiers et les viandes contiennent une grande quantité de graisses saturées. C’est justement en éliminant la quantité de graisses saturées de votre alimentation que vous améliorerez énormément votre santé cardiovasculaire.

Une analyse récente, menée au Canada par l’institut Medline, montre que le risque d’être touché ou de décéder de maladies cardio-vasculaires est d’environ 29% plus faible chez les personnes adoptant un régime vegan.

2 / Le cancer du côlon

Le régime vegan fait la part belle aux fibres et un régime riche en fibres conduit à des selles plus saines, aidant ainsi à lutter contre le cancer du côlon.

Selon la revue Internal Medicine, qui se base sur l’étude menée pendant 7 ans par la Loma Linda University de Californie, supprimer la viande de son assiette permettrait ainsi de diminuer le risque de cancer colorectal de 22%.

3 / Le cancer de la prostate

La suite de la même étude, “Adventist Health Study -2”, soit la plus grande étude sur le mode de consommation vegan (article publié dans American Journal of Clinical Nutrition, 2017), a montré que les hommes, souffrant au stade précoce du cancer de la prostate et passant à un régime vegan, arrêtaient soit l’évolution du cancer, soit avaient même “inversé” la maladie.

Cette étude confirme que les hommes qui suivent un régime vegan ont un tiers de chance en moins de développer le cancer de la prostate.

4 / Le cancer du sein

Les pays où les femmes mangent très peu de viande et de produits d’origine animale ont un taux de cancer du sein beaucoup moins élevé que les femmes des pays qui consomment davantage de produits d’origine animale.

Consommer de la viande de porc une fois ou plus par semaine multiplie chez la femme le risque de cancer du sein par 2 (International Journal of Cancer, 1981).

Cuisinez vegan à petit prix !

Une autre étude au Japon a montré que les femmes qui adoptent une alimentation “à l’occidentale” (basée sur la viande et les produits laitiers) augmentent de 8 fois le risque de développer un cancer du sein.

5 / Le stress

Selon une étude de 2012 publiée dans Nutrition Journal, un régime omnivore riche en acides gras, contribue aux sautes d’humeur, stimule même le stress et l’irritabilité.

A l’inverse, un régime vegan qui privilégie les noix, les graines et les légumes à feuilles sombres est une excellente source de magnésium, reconnu comme un anti-stress très efficace.

6 / Les défenses immunitaires

Le régime vegan privilégie particulièrement les antioxydants, soit l’un des meilleurs moyens d’aider votre corps à se protéger des dommages cellulaires. De nombreux chercheurs pensent également que les antioxydants aident à protéger votre corps contre la formation de certains types de cancer.

Le régime vegan favorise aussi la prise de Vitamine C qui, en plus de renforcer votre système immunitaire, contribue également à la santé de vos gencives et à la guérison plus rapide de vos bleus.

7 / La maladie d’Alzheimer

Une étude espagnole récente (menée sur 815 personnes en Catalogne) et publiée par Nutrition Journal, suggère que le fer contenu dans la viande augmente le stress oxydatif, contrairement au fer issu de végétaux. Le stress oxydatif provoque une agression de nos cellules. Il est considéré comme une des principales causes de cancer et jouerait un rôle important dans la maladie d’Alzheimer.   

A l’inverse, une consommation élevée de fer non héminique – issu exclusivement de la consommation des fruits et légumes par opposition au fer héminique issu de la viande – va de pair avec une diminution des dommages oxydatifs et donc des risques d’être atteint par la maladie d’Alzheimer.

8 / Le diabète

En 2018, des chercheurs du comité de médecins pour une médecine responsable, basé à Washington aux Etats-Unis, ont prouvé l’efficacité du régime vegan dans la lutte contre le diabète de type 2.

Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang.

Or, ces chercheurs ont montré que, chez des personnes en surpoids ou obèses, le suivi d’un régime vegan – sans aucune restriction calorique – pendant seize semaines a permis d’améliorer la production d’insuline, diminuant ainsi le risque de diabète de type 2.

En 2013, déjà, une étude française établissait un lien entre une consommation importante de viande et de produits laitiers et la hausse du risque de diabète de type 2. La proportion de femmes consommant le plus de viande avait un risque de diabète de type 2 de 56% plus élevé que les autres.

Enfin une  autre étude publiée dans “The American Journal of Nutrition” et portant sur des enfants de plus de 40 pays dans le monde a démontré que l’incidence de diabètes juvéniles est directement corrélée à la consommation de lait et autres produits animaux.

9 / Le cholestérol

Le taux de cholestérol total est généralement plus bas chez les vegan et les sportifs, en particulier le mauvais cholestérol LDL (selon une méta-analyse de 60 essais contrôlés, Am J Clin Nutr en 2003).

Or, les seuls aliments qui contiennent du cholestérol sont les aliments d’origine animale. Même les huiles végétales ne contiennent pas le moindre cholestérol.  Elles peuvent au contraire réduire l’absorption du mauvais cholestérol grâce au phytostérol qu’elles contiennent.

10 / La tension artérielle

Une étude japonaise réalisée en 2014 par le docteur Yoko Yokoyama du National Cerebral and Cardiovascular Center d’Osaka, démontre la corrélation entre un régime alimentaire excluant toute viande et la pression artérielle.

L’explication en est simple. Le régime vegan, basé sur une consommation riche en fruits et légumes frais, en légumineuses et en céréales complètes, augmente les apports en potassium. Dans le même temps, l’exclusion de la viande réduit fortement l’apport en graisses saturées favorisant un taux de cholestérol bas… C’est ce rapport potassium élevé/cholestérol bas qui permet une pression artérielle homogène.

11 / La dégénérescence maculaire (DMLA)

Selon une étude menée par le docteur Przemyslaw Sapieha, co-auteur de travaux publiés par la revue EMBO Molecular Medicine, il ressort que des régimes riches en gras modifient le microbiome intestinal de façon à aggraver la DMLA.

Le fait d’agir sur les types de microbes qui résident dans les intestins, par un régime alimentaire différent, modifie le risque de souffrir de DMLA et la progression de cette maladie.

A l’inverse, il est établi qu’un régime riche en caroténoïdes (contenant de la lutéine et zéaxanthine, deux antioxydants présents en abondance dans les épinards, le chou kale, brocoli, carotte, courge, patate douce…), aide à prévenir l’apparition de la dégénérescence maculaire.

12 / La cataracte

En 2011, des chercheurs finlandais ont mis aussi en évidence l’influence bénéfique de la lutéine et de la zéaxanthine sur la prévention de la cataracte.

Selon une autre étude réalisée en 1988 par des chercheurs du Wisconsin et portant sur 1300 personnes, il ressort que celles ayant consommé le plus de lutéine étaient 2 fois moins atteintes de la cataracte que celles qui en avaient consommé le moins.

Le lien entre consommation de viande et cataracte est très fort : par rapport à de gros consommateurs de viande, le risque de cataracte est de 40% inférieur chez les vegans !

13 / L’arthrite

L’élimination de la consommation de produits laitiers a longtemps été associée à l’atténuation des symptômes de l’arthrite.

A l’inverse, trois études ont démontré qu’un régime vegan diminuait les symptômes de l’arthrite rhumatoïde. Deux autres études ont démontré qu’un jeûne suivi d’un régime vegan apportent des modifications à la flore intestinale des patients atteints d’arthrite rhumatoïde. Et qu’il y avait corrélation entre ces changements et l’amélioration de leur état.

14 / L’ostéoporose

Il s’agit du grand mythe promu par l’industrie laitière. Le lait de vache serait indispensable à la santé de nos os, et permettrait notamment de lutter contre l’ostéoporose… C’est tout simplement faux. La santé des os dépend d’un bon équilibre de protéines, d’un apport suffisant en calcium, potassium et sodium. Avec un régime vegan sain, ces quatre points constituent un scénario parfait pour la prévention de l’ostéoporose.

Après avoir travaillé sur 34 études publiées dans 16 pays, les chercheurs de l’Université de Yale ont conclu que les pays avec le taux le plus élevé d’ostéoporose étaient ceux dans lesquels les gens consomment le plus de viande, de lait et autres produits animaux !

Notons enfin que certaines maladies, particulièrement dévastatrices ces dernières années, sont exclusivement et directement liées à la consommation de viande :

15 / E.coli

Cette infection provient de la consommation de viande rouge contaminée et est la principale cause de diarrhée sanglante. Les jeunes enfants, ceux dont le système immunitaire est compromis et les personnes âgées peuvent devenir extrêmement malades ou mourir d’E. Coli. Manger vegan signifie éviter complètement le risque d’infection.

16 / La salmonelle

Une autre maladie gastro-intestinale liée à des produits d’origine animale, l’intoxication alimentaire à la salmonelle est étroitement liée à E. coli. L’intoxication alimentaire causée par la salmonelle se produit le plus souvent par contact avec des œufs ou de la viande de poulet crue provenant de poulets infectés par la salmonelle. Encore une fois, devenir vegan signifie éliminer ce risque.

17 / La maladie de la vache folle

Là aussi la seule façon de pas attraper la maladie de Creutzfeldt-Jakob est de ne pas manger d’animaux infectés par la maladie.

Comme vous le voyez, les effets sont très nombreux. L’adoption du régime vegan permet de lutter contre la plupart des “grandes maladies” de notre siècle. Mais ce n’est pas tout, devenir vegan vous permettra également de vous sentir mieux à bien d’autres égards. Cliquez ici pour découvrir aussi les effets immédiats sur votre bien-être et votre forme.

Et pour celles et ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur ces bienfaits et échanger avec des personnes concernées par les mêmes questions, n’hésitez pas à rejoindre notre groupe Facebook privé : ici.

  • Se passer de viande, n’est pas très difficile. En 6 mois j’ai fait disparaître les œufs (le plus difficile à mon avis) et les produits laitiers -simple aux vues des alternatives proposées.
    Et effectivement que d’effets positifs sur la santé.
    Les courbatures aussi disparaissent assez miraculeusement (même après des séances intensives type Fractionné). Les raideurs peuvent persister, mais les courbatures liées aux toxines et aux déchets, disparaissent vraiment “miraculeusement”…
    Article très intéressant, MERCI !!!

  • Vignone dit :

    Pour moi cela n a pas été difficile de me passe de la viande
    il me reste les oeufs ,les remplace par autre chose je ne sais
    pas comment .

  • >