fbpx

Les repentis 4 – Carole, fille d’éleveur devenue vegan et militante animaliste

©Mégane Lebeault le chaperon vert

«Comme la plupart des gens, je croyais que ne pas manger de viande, de lait et d’ œufs provoquait des carences»

Pendant 25 ans, Carole Mare a mangé les moutons que son père élevait, persuadée sur l’alimentation carnée était essentielle à l’être humain. Aujourd’hui, elle gère l’antenne toulousaine de l’association L214 et mène des actions pacifistes et informatives auprès du public. Son but ? Convaincre mais pas accuser.

Il y a 30 ans, dans l’immense majorité des foyers français, on avait en tête qu’il fallait manger de la viande, à presque tous les repas. Décrite comme principale source de protéine, la viande faisait partie de l’alimentation de base de chaque individu. Carole Mare ne faisait pas exception à la règle.

«Les agneaux nous considéraient comme leurs mères de substitution»

Cause animale - Les animaux sont des êtres vivants

Fille d’éleveur de moutons, Carole se souvient de son enfance dans la ferme de son père en Ariège dans les années 80 et du paradoxe que constituait le fait d’élever des bêtes avec amour avant de décider de leur mort. « Mon père élevait ses quelques moutons dans le respect du temps de leur vie, mais arrivait toujours le moment où il les envoyait à l’abattoir. Je me rappelle de moments quand j’étais enfant ou mon père et moi, nous donnions le biberon aux agneaux qui n’avaient plus leur mère. Ils nous considéraient alors comme leur mère de substitution et nous suivaient partout, jusque dans la maison, au même titre que des chiens. Et ils étaient même beaucoup plus affectueux encore. Seulement au bout de quelques mois, ils partaient pour être tués… »

«Quand on réalise, il est impossible de rester insensible»

En 2010, une rencontre avec des partisans de la cause animale provoque chez Carole un déclic. Sa vision du monde et sa façon de consommer changent alors radicalement. « Comme la plupart des gens, je croyais que la viande, le lait et les œufs étaient nécessaires à la survie des humains, que sans ça, on avait des carences. Or, en me renseignant un peu, je me suis rendue compte que tout ça était totalement faux. Une fois qu’on a conscience de la situation, il est presque impossible de rester insensible. Pour produire des œufs, puisqu’ils ne pondront pas, on broie 50 millions de poussins mâles vivants chaque année en France. Même dans les élevages bios ! 80 % de la viande de bœuf vient de vaches laitières réformées d’à peine 3 ans, qui ont reçu un traitement terrible. Et je ne parle même pas des abattoirs où les animaux subissent de véritables tortures », déplore Carole.

Cause animale - Les animaux veulent vivre

«Je comprends les non vegan»

Suite à ces révélations, elle devient végane et décide d’aller plus loin en fondant le « mouvement pour la cause animale » en 2011. Un prolongement des actions de l’association L214 dans la région toulousaine. Sa démarche n’est pas d’imposer ses choix, mais plutôt d’expliquer pour que chacun agisse en conscience. «Mon entourage n’est pas forcément vegan, je les comprends, ils n’ont pas nécessairement choisi leur mode de vie, il leur est imposé. »

Cause animale - il faut informer

«On me dit : la viande, c’est bon , je le sais, j’en ai mangé pendant 25 ans!»

Les réponses aux questions que tout le monde se pose !

Alors aujourd’hui, Carole informe, le plus possible, parfois en menant des actions coup de poing, rudes, violentes dans le choix des mots et des photos. Elle y tente de convaincre, argumente et présente aussi la simple et dure réalité de l’agroalimentaire industriel…

« On me rétorque souvent «la viande, c’est bon». Je le sais, j’en ai même mangé pendant 25 ans. Mais j’estime qu’on ne peut pas perpétrer un tel massacre pour un petit plaisir. L’humain torture et tue 2 milliards de bêtes sensibles par semaine dans le monde, dont 3 millions (uniquement les animaux terrestres) par jour, rien qu’en France !Tous les animaux souffrent : dans les élevages intensifs, dans les abattoirs, dans les mers, dans les laboratoires de vivisections, dans les fermes à fourrure, à la chasse, à la corrida, dans les cirques avec animaux, dans les animaleries. Sont commis des actes de cruauté qu’on peut qualifier de sévices et qui sont perpétrés de façon légale et institutionnelle. »

Cause animale - agir pour les animaux

On fait naître des animaux esclaves, ajoute t-elle, dans le seul but de les tuer pour les manger. Pour la plupart d’entre eux, ils n’auront pas connu un seul instant agréable dans leur courte vie. Eux qui n’aspirent qu’à vivre leur vie, sont en ce moment-même enfermés dans les caisses, dans les cages, dans les box, assassinés dans les immondes abattoirs dont nul ne peut aujourd’hui ignorer la réalité.  On « éléve» ses enfants dans l’espoir d’une vie longue, heureuse, avec le moins de souffrances possibles et on « élève » des vaches, poules, cochons pour goûter au plaisir futile de nous régaler des morceaux de leur corps inerte. Est-il bien honnête d’utiliser le même mot ? »

«Est-cela une société civilisée ?»

L’absurde façon de consommer aujourd’hui saute aux yeux de la fille d’éleveur. Carole Mare enfonce le clou et évoque un monde qu’elle connaît bien : « Le petit éleveur du coin emmène lui aussi ses animaux à l’abattoir, dans le même abattoir que cet élevage local de 200 000 poules ou de 50 000 lapins encagés à vie, celui-là même où chaque victime passera plusieurs heures, parfois la nuit entière, dans l’odeur de terreur et de mort, verra ses congénères être assassinés avant de passer elle-même, attachée par les pattes, dans le bain électrifiant ou d’être « étourdie » par une balle à blanc, le pistolet au milieu du front. Et que dire de nos éleveurs locaux, séquestrant des oiseaux les 12 derniers jours de leur vie, dans des cages où ne leur sera même pas permis de se lever, ni se retourner, ni d’étendre une aile, mais seulement de subir, deux fois par jour, l’ingestion forcée de quantités indécentes de bouillie de maïs pour notre si cher, si local et si distingué « foie gras » …Est-ce ça une une société dite civilisée ? »

«Les animaux sont nos cohabitants sur cette planète»

Tant pis s’ils sont nombreux autour d’elle à ne pas vouloir écouter ses arguments : « Je milite pour montrer cette réalité qui est loin de nos regards, mais pas loin de nos vies dans les boites noires que sont les élevages intensifs et les abattoirs. Ce qu’il se passe dans ces lieux, ce n’est pas quand on cesse de les regarder que ça cesse d’exister.  Les animaux sont nos cohabitants sur cette planète. Ils partagent le territoire avec nous. »

«Beaucoup se disent qu’ils n’y arriveront pas mais ils n’ont même pas essayé»

L’alternative à la viande, elle la connaît, la pratique et l’explique simplement. « Il existe beaucoup des produits végétaliens qui sont délicieux et meilleurs pour la santé. Les gens ne les connaissent souvent même pas. Beaucoup se disent qu’ils n’y arriveront pas, que c’est trop dur, mais ils n’ont pour la plupart même pas essayé. »

«J’ai choisi de vivre précairement»

Alors sans autre prétention et envie que de défendre la cause des animaux, Carole subvient à ses besoins en enseignant le français à domicile, mais consacre l’essentiel de sa vie et de son temps aux animaux qu’elle chérit et respecte. Car, en sus de son militantisme, elle recueille les chats en fin de vie pour leur offrir un foyer aimant jusqu’à leur départ. « Après une succession de jobs alimentaires, j’ai choisi de vivre précairement pour militer à plein temps parce que c’est le plus important

« J’ai grandi dans une ferme avec un père berger et une mère institutrice, entourée de ceux qui m’ont appris qu’une personne pouvait être non-humaine, tisser des liens au-delà de la barrière arbitraire de l’espèce. Je les remercie d’exister et veut, au minimum, mener sans relâche ma vie en direction de leur libération nécessaire, urgente et à venir et du respect de leur droits fondamentaux qui sont ceux de vivre, d’être libre et le droit à la dignité. »

Toute le série des Repentis : Pourquoi devenir Vegan ?

Les repentis 1 – Maurizio Garcia Pereira
Les repentis 2 – Sivalingam Vasanthakumar
Les repentis 3 – Rémi Thomas
Les repentis 4 – Carole

Pour aller plus loin :

Le Blog de Carole Mare
La page Facebook de Carole
Mouvement pour la cause animale

>